Roméo Elvis : sa victime parle

14 septembre 2020 Article lu 2224 fois
Roméo Elvis : sa victime parle

Elle s’est livrée à Streetpress.

Accusé d’agression sexuelle par une jeune femme la semaine dernière sur les réseaux sociaux, Roméo Elvis a reconnu qu’il avait franchi la ligne et a présenté ses excuses. Il semble que cela ne suffise pas pour celle qui a été agressée car elle a décidé de parler et de révéler les conditions dans laquelle tout s’est passé au média en ligne Streetpress.

Sofia a 23 ans, elle est fan du rappeur belge. Elle l’a souvent vu en concert et a déjà pu parler avec son idole, notamment sur Snapchat. En mai 2019, elle a la chance de le croiser dans un magasin dans lequel le frère d’Angèle vend sa marque. Ils discutent puis elle continue ses achats dans une bonne ambiance.

« C’est trop fun : on chante sur la musique de fond et j’essaye d’autres vêtements. C’était comme si je faisais les magasins avec un pote, il n’a pas la grosse tête. »

L’ambiance est sans doute trop bonne, trop détendue. Roméo Elvis se laisse alors aller et franchit la ligne.

« Quand je re-rentre dans la cabine, je sens une présence derrière moi et je sens que c’est lui. Il entre avec moi dans la cabine et il ferme le rideau. Et là, il arrive avec ses mains sur ma poitrine. Le mec est grand, il est imposant. Il enlève ses mains et les met dans mon pantalon et sur mes fesses. Je lui dis : ‘Tu fais quoi ?’ Il a un déclic. Il arrête tout et sort. Comme s’il était en transe et qu’il venait de se réveiller. »

Roméo Elvis, dans on message d’excuse a reconnu avoir eu des gestes inapproprié tandis que la Toile s’est déchaîné sur sa soeur, Angèle, auteur du titre très féministe « Balance ton quoi ». Ce n’est pas ce que voulait Sofia. La jeune femme espérait surtout « encourager d’autres femmes à parler. Comme pour Moha La Squale » et trouve que le cyber-harcèlement que subissent à la fois la chanteuse et le compagne de Roméo Elvis n’ont pas à payer pour ses agissements. « Ce n’est pas juste. Surtout pour sa petite-amie et Angèle », regrette-t-elle.